Afficher les éléments par tag : etang de thau

lundi, 25 octobre 2021 09:12

Episode 32 - Octobre 2021

Mardi 12 octobre 2021

Nous n’avons pas donné des nouvelles de notre petite flaque depuis de nombreuses semaines. Voici donc les dernières observations.

Tout va bien ! Les dernières semaines,  les algues brunes semblaient en grande quantité et recouvraient de nombreuses surfaces surtout sur les épaves. Il y avait un certain déséquilibre et la lagune semblait triste. La température est redevenue normale soit 18°C. Il y a beaucoup de biodiversité même si certaines espèces sont peu fréquentes maintenant. En particulier on ne trouve presque plus de Doris marbrées (sauf une morte ce qui est vraiment rarissime). Les Hervias sont toujours très nombreuses, leurs nids sur les hydraires remplis de leurs familles avec des pontes, des juvéniles, des adultes.

Les espèces habituelles sont toujours aussi abondantes, on les trouve toujours aux mêmes endroits pour les espèces fixées et partout pour les mobiles : spirographes, ascidies diverses, mollusques, bivalves, crabes, crevettes, balanes, anémones, cérianthes, bryozoaires ...

A propos de bryozoaires, on retrouve des bryozoaires spaghettis encore jeunes alors que la génération précédente a disparue. Les éponges habituelles sont bien là, mais aussi des nouvelles arrivées qui seront là pour quelques semaines seulement.

Les poissons abondent. On rencontre des bancs de poissons dont des jeunes loups, peu farouches, des saupes bien dodues, des sars de toutes tailles. Les adultes loups sont souvent si confiants qu’ils viennent au contact des plongeurs !!! Des crénilabres paon aux couleurs magnifiques se sont installés en familles dans toutes les épaves même celles en ruine !!!

Mais le pompon revient aux syngnathidés : hippocampes et syngnathes !!!

Il y en a partout !!!! Des grands, des petits, des bébés, des mâles, des femelles…. Il faut dire que les petites crevettes mysis sont en nuages rouges très denses dans toutes les cavités et font partie de leurs menus de prédilection.  On trouve des mini hippocampes de moins de 5 cm sous le ponton dans le noir, accrochés à des spirographes. Des syngnathes à long museau des toutes tailles et même des syngnathes nageurs des lagunes qui poussent le mimétisme en étant aussi verts que les zostères et nagent verticalement pour ressembler aux feuilles.

Toutes les zostères sont recouvertes de petites anémones translucides très urticantes, ce qui les protège des dents des saupes et ainsi elles sont en pleine forme.

Bref tout va bien et le plaisir de revenir retrouver nos amis subaquatiques est toujours le même !!!

Texte : Annie Lafourcade (INBS)
Photos (voir la galerie ci-dessous) : Annie L. et Sylvie Lepère

Publié dans Une saison à Thau
lundi, 17 mai 2021 12:03

Episode 31 - 22 avril 2021

Une saison à Thau le jeudi 22 avril 2021 :

Sortie club avec tout ce qui faut pour être en conformité avec la loi et les gestes barrière.
Hors de l’eau : des contraintes et le virus ! Dans l’eau : la liberté et la sérénité !
L’eau est encore fraiche : 13°C et moyennement claire mais la vie est souveraine.

Les blennies dalmates sont de sortie, on ne voit pas encore de mâle en livrée de reproduction. Les blennies paon mâles eux sont en pleine compétition pour le territoire et les femelles. Les labres cendrés et à 5 taches sont en finition des nids et les femelles inspectent. Les hippocampes rencontrés sont de belle taille ainsi que les nombreux syngnathes (c’est heureux car nous n’en voyions plus il y a quelques mois !). Nous ne voyions toujours pas de dorades alors que les jeunes sars sont là.

Les hydraires qui avaient disparu sont revenus et sont de fort belle taille. Les clavelines ont aussi bien grandi. On peut aussi trouver 2 ascidies japonaises (Styela clava) sur des cordages. On ne les avait plus vues depuis au moins 10 ans !!! Ce sont des cousines des ascidies plissées (Styela plicata).

Les limaces se rencontrent partout. On attend les facelines, les hervias, les flabelines qui vont revenir sur les hydraires. Ls polycera et les haminoés sont si nombreuses ainsi que leurs pontes que nous en retrouverons l’an prochain.
Les ulves font des nappes de plusieurs m2. Les premiers mètres sont une mosaïque de couleur grâce aux algues diverses.

Tout serait magnifique et notre plaisir immense mais il y a un mais. Les zostères se reproduisent en masse !!! La dernière fois que nous avons vu cet ampleur de reproduction ce fut en 2006 et l’été qui a suivi a vu une énorme malaïgue dévaster l’étang.

Nous espérons que ce sera une fausse alerte.

On va suivre tout ça !

Texte et photos (galerie ci-dessous) : Annie LAFOURCADE

Publié dans Une saison à Thau
mardi, 16 mars 2021 13:35

Episode 30 - Mardi 2 mars 2021

Une saison à Thau - Mardi 2 mars 2021

L’eau s’est réchauffée (11°C) mais les hippocampes et syngnathes sont encore engourdis bien que abondants.  Elle est très claire et le paysage est superbe.

Ca y est des poissons démerseaux sont de retour. Un loup de belle taille nous a suivis de la balise au ponton. Des Labres paons aussi se promènent dans les épaves. Nous n’avons pas vu de sars, de daurades ni de mulets mais ils vont revenir. Les poissons sédentaires commencent à sortir, les labres cendrés males qui étaient en sommeil à des endroits surprenants (contre un pied de spirographe ou un violet..) sont en train de patrouiller pour chercher un site où placer leur nid. Leurs femelles sont encore invisibles…

On trouve toujours autant de limaces diverses mais la Janolus hyaline a beaucoup pondu et elle est devenue rare. Sa vie serait-elle finie ? Les Doris marbrées sont si grosses que leur fin de vie approche. Les Polycera sont vraiment abondantes et de belle taille. On ne trouve plus d’Hervia ni de Flabellines. On surveille leurs lieux de vie. La Jorunna blanche est bien là !!!Mais la Faceline voisine est magnifique et les Eolis d'Alder sont particulièrement abondantes comme l’Eolis magnifique. Les Haminoea sont toujours sur tous les rochers, elles pondent et on trouve des Haminoea exigües et petit bateau pour l’instant. On ne trouve toujours pas de lièvres de mer. Par contre une vraie nouveauté : Les Akera bullata sont de retour et vraiment très grosses.

Nous avons découvert des ascidies que nous n’avions jamais vues, mais elles étaient peut être présentes. Sans doute avons-nous trouvé l’ascidie petit monde et le polycarpe bicolore.

Beaucoup de Macropodes et de Pygnogonides sur la vase et les épaves.

Toujours  des  végétaux variés, des escargots divers (nasses réticulées,  murex, cormaillot, petits escargots sur les zostères pondant abondamment…), des bivalves, mais il semble que les grandes nacres subissent une forte mortalité !!!

On surveille toute cette évolution et le retour des beaux jours.

Texte Annie Lafourcade
Photos (galerie ci-dessous) Annie et Pascal Girard

Publié dans Une saison à Thau
vendredi, 18 décembre 2020 16:38

Episode 27 - Mercredi 16 Décembre 2020

Mercredi 16 décembre 2020

Après ces longues semaines à plus de 20 km de notre petite flaque, la permission étant accordée de dépasser cette distance, nous nous sommes précipités. La météo nous a laissé une fenêtre entre des jours pluvieux et nous avons retrouvé la lagune avec bonheur malgré la fraicheur de l’eau (entre 7 et 9°C).

Thau va bien. Les anémones qui recouvraient les zostères et cymodocées sont moins abondantes et moins épanouies. Nous avons rencontré peu de poissons de pleine eau sauf des Joel de 3 à 4 cm qui pullulent. Les gobies, les blennies et les hippocampes sont toujours bien présents.

Par contre les limaces sont partout et d’espèces extrêmement variées. Les hervias ont des couleurs flamboyantes, les antiopelles sont très colorées, les doris marbrées arborant  toute leur gamme de couleurs se rencontrent sans les chercher. En particulier nous avons croisé une araignée décorée d’algues et se promenant avec une superbe doris marbrée jaune sur la tête !!! On peut rencontrer toute les espèces des limaces vues cet été en grand nombre. Il semble que les haminoae commencent à sortir de la vase. On va suivre le mouvement !!!

Les ascidies sont bien là et les ciones intestinales sont en bonnes places un peu partout sans être envahissantes, les bijus sont devenus bien gros. Les vers qui recouvraient les piliers semblent en régression et donc laissent la place aux autres animaux, tout comme le bryozoaire spaghetti.

Les spirographes, les bispires, les sabelles de vase, les serpules se rencontrent partout avec des couleurs superbes. Les anémones, les cérianthes, les hydraires sont en pleine forme.

Les grandes nacres rencontrées étaient toutes vivantes. Je n’ai pas besoin de parler des éponges qui se plaisent et se développent dans de vrais jardins.

Bref seule la fraicheur de l’eau nous a fait sortir à grand regret, mais on y reviendra dés que la météo sera avec nous et il y a des zones que nous n’avons pas eu le temps d’explorer !!!

Texte : Annie Lafourcade
Photos : Annie L. et Pascal Girard (galerie d'images tout en bas de la page)

Publié dans Une saison à Thau
mercredi, 04 novembre 2020 13:44

Episode 26 - du 15 au 23 Octobre 2020

Une saison à Thau - Semaine du 15 au 23octobre 2020 

L’eau est fraiche (13°C) mais claire.
Notre étang va bien !! Les zostères font des vagues vertes et beiges car elles sont couvertes de petites anémones qui continuent à les protéger des dents des saupes.

Les hippocampes et les syngnathes sont toujours aussi nombreux comme les loups, les sars, les dorades et les rougets qui sont devenus bien gros !!

Les seiches sont très abondantes et jeunes, mais voraces et joueuses. On en a vu une qui avait attrapé un syngnathe (c’est une première) mais qui avait du mal à l’avaler vu la longueur.  Une autre avait pris un poisson si gros qu’elle avait bien du mal à le manger !!!!

Et le scoop de la semaine  c’est la présence d’une rascasse brune de 10 cm posée sur la vase et très confiante dans son camouflage ce qui nous a permis de la détailler sous toutes les coutures, ainsi qu’un sar tambour observés à Thau pour la première fois.

Il y a aussi beaucoup de grandes nacres mais moins que en début de l’été et la mortalité est  en progression. Il semble que nous ne voyons presque plus de jeunes nacres sortant très peu de la vase. Celles que nous rencontrons semblent moins jeunes, un peu plus grandes et à forte mortalité et aux coquille très colonisées. Est-ce le parasite ? Est-ce la mortalité normale dans les lagunes ? Nous espérons que les scientifiques vont venir regarder tout ça rapidement.

Il y a toujours des tas de gobies, de crevettes, de bernard l’ermite, d’anémones, de vers à panache dont le mégaloma très farouche, de cérianthes tournés face au courant, de bryozoaires de plus en plus divers. Les limaces sont très nombreuses et on trouve des espèces rares. Le plus incroyable c’est de les voir pondre. Toujours des planaires orange très grosses mais aussi une planaire panthère sous une planche !!!

Et les hydraires des amarres sont revenus sur deux endroits : une épave à faible profondeur et sous le ponton sur un bout.

On continue la veille sur les grandes nacres et on vous tiendra au courant.

Texte : Annie Lafourcade
Photos : Annie, Christophe Fournier et Pascal Girard

Publié dans Une saison à Thau
Voici le reportage sur les grandes nacres ce mercredi 4 novembre entre 19h et 19h25 sur France3 Occitanie ! ?
 
 
Une équipe TV a suivi les plongeurs de la Combio34 lors d’un comptage des grandes nacres à Thau.
Au total, 6 plongées à Thau ont été réalisées en 2020 avec plus de 600 spécimens observés.
La grande majorité étaient en bonne santé alors qu’en mer elles sont presque totalement décimées ?
Mais il y a de l’espoir !
 
Vous pouvez vous aussi contribuer au suivi de cette espèce en renseignant vos observations personnelles dans l’outil fédéral CROMIS (cromis.ffessm.fr), que ce soit dans les lagunes de notre région mais aussi dans toute la Méditerranée. L’outil a été adapté afin de pouvoir sélectionner la fiche espèce vivante et la morte avec un champ commentaire pour y indiquer leur nombre.
 
D’autres actions de sciences participatives, portées par la CREBS PM, sont envisagées pour l’année prochaine au niveau régional.
On vous tiendra informé !
 
Bon visionnage ! ??

Cher(e)s bio de l'Hérault,

Veuillez trouver ci-après un 1er bilan de la campagne CREBS PM / ComBio34 de suivi des grandes nacres (Pinna nobilis) du Bassin de Thau. Cette campagne est coordonnée par le SMBT (Syndicat Mixte du Bassin de Thau) et a pour commanditaire le CRIOBE (Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement).
 
Nous avons ainsi réalisé 6 plongées (4 sites différents) entre juillet et octobre avec un total cumulé de 35 plongeurs et plongeuses et plus de 21 000 m² parcourus. 
 
Parmis les 620 grandes nacres observés :
  • 83% étaient vivantes et 17% étaient mortes (en mer, le taux de mortalité est proche de 100%).
  • Un suivi régulier sur le site du Ponton de la Bordelaise a montré une augmentation de la mortalité entre juillet et octobre 2020. Des analyses seront à réaliser par les scientifiques afin d'en déterminer les causes (mort naturelle, arrivé du parasite, ...).
Une nouvelle campagne à Thau sera probablement réalisée en 2021. Me contacter si vous désirez en être informé.
 
En parallèle, vous pouvez déjà remonter vos observations personnelles dans l'outil fédéral CROMIS (https://cromis.ffessm.fr) où il est possible de sélectionner l'espèce vivante et/ou l'espèce morte et d'indiquer leur nombre en commentaire de votre relevé. Et cela que ce soit en mer ou dans les lagunes. 
 
En espérant pouvoir compter prochainement sur votre contribution à ce programme de science participative.
 
Publié dans Bio. et Environnement
mercredi, 16 septembre 2020 13:43

Episode 25 - 11&14 Septembre 2020

Une saison à Thau - 11&14 septembre 2020

Vous allez me dire que je suis lyrique mais je me dis encore une fois que nous avons bien de la chance de pouvoir aller plonger régulièrement à Thau et suivre la vie qui s’y développe.

Déjà depuis peu d’années nous avons vu arriver des saupes, des rougets, des crénilabres paons et souvent des limaces nouvelles.

Cette année nous avons pu observer le serran écriture qui est plutôt rare dans ce coin de l’Hérault. Les saupes, rougets, crénilabres paons sont toujours là. Depuis l’an dernier nous avons des sparaillons qui, eux aussi, ne sont pas si fréquents en mer, vu qu’ils se rencontrent en bordure des herbiers de posidonies et à Thau il n’y a que des zostères. D’ailleurs ils étaient vraiment très petits au printemps et deviennent de belle taille maintenant. Les crénilabres paons semblent plus nombreux cette année. Les loups, dorades, saupes sont vraiment de belle taille et, si les saupes sont farouches, les loups et dorades sont hardis et viennent voir de prés ces machins qui font des bulles et soulèvent des choses à manger !!!Les mulets se croisent en bancs de juvéniles prés du bord, mais sous le ponton, quand c’est plus noir et plus profond, les adultes sont parfois vraiment très gros. Les hippocampes sont toujours très présents, il semble que la jeune génération se rencontre plus que l’ancienne et les syngnathes sont vraiment de belle taille.

Les zostères qui sont broutées par les saupes étaient bien tondues, mais comme des mini anémones particulièrement urticantes les ont colonisées, les saupes ne peuvent pas les manger et l’herbier a bien profité pour grandir en surface et en hauteur.

Nous avons des limaces nouvelles cette année : la janolus qui ressemble à une petite châtaigne, la faceline de quatrefages avec ses cérates à pointe noire, la berghia orangée qui ne sort que la nuit et depuis très peu de temps une petite nouvelle qui se rencontre en grand nombre sur le bryozoaire spaghetti : Okenia qui demande des yeux attentifs vu que sa taille est de 10mm tout au plus !!! Les hervia ont un peu souffert de la dégradation estivale des hydraires mais on en trouve encore de toutes tailles ce qui montre que le cycle de vie se poursuit. D’ailleurs les hydraires repoussent. Les doris marbrées et les doris noir de fumée pondent donc nous aurons des bébés au printemps.

Si vous voulez voir une planaire orange, cherchez l’ascidie coloniale rouge qu’elle mange et vous verrez des individus de très grande taille.

Les mini seiches sont partout, montrent un appétit féroce, les joëls en font les frais. Toutefois elles sont amicales, font des festivals de couleurs magnifiques avec un ventre vert fluo et se laissent observer de vraiment prés.

Les bernard-l’ermite sont abondants sous le ponton, qu’ils habitent une coquille ou une éponge.

Nous étions tristes de la disparition d’un magnifique hydraire des amarres sur un cordage mais un nouveau est apparu sur une coque d’épave !

Les clavelines continuent à grandir, les clavelines mouchetées qui avaient fini leur vie sont en train de revenir sur d’autres substrats.

Bien sûr tout n’est pas comme en hiver ou au printemps, mais l’eau est encore à 22 °C et nous avons échappé à une malaïgue. Les vers recouvrent encore beaucoup de surfaces mais on va voir peu à peu les autres organismes reprendre leur place. D’ailleurs des bryozoaires nouveaux sont aussi arrivés. Les oursins ne sont pas partis, ni les murex qui se sont bien reproduits.

On surveille !!!

Texte : Annie Lafourcade
Photos (galerie ci-dessous) : Pascal Girard

Publié dans Une saison à Thau
vendredi, 21 août 2020 17:18

Episode 24 - Vendredi 14 août 2020

Vendredi 14 aout 2020 

L’eau étant à 24°C à la mi-aout, nous n’allons pas avoir une malaïgue !!!

Bien sûr la vie fixée s’est appauvri, les limaces sont représentées presque exclusivement par Hervia et Doris noir de fumée. L’hydraire des amarres a disparu, les vers recouvrent beaucoup de choses, mais les poissons et les alevins pullulent, les bernard l’ermite, les crabes pilumnes hirsutes aussi, les éponges sont luxuriantes, les clavelines toutes jeunes se rencontrent partout.

Nous sommes allés voir le coté nord du ponton. C’est encore pauvre mais quelques pieds de zostère reprennent et on peut espérer un renouveau. Nous avons cherché, en vain, des lièvres de mer en patrouillant dans des zones peu fréquentées.

Nous avons rencontré de nombreux bébés seiches peu farouches, des syngnathes de belle taille et de nombreux poissons dont les saupes, les loups, les rougets, les dorades, les sars, les gobies. Les sparaillons grandissent vraiment et des hippocampes bien jeunes et fluets deviennent papa !!

A suivre...

Texte : Annie Lafourcade
Photos : Sylvie Lepère

Publié dans Une saison à Thau
vendredi, 21 août 2020 17:13

Episode 23 - Mercredi 29 juillet 2020

Mercredi 29 juillet 2020

Il faut donner des nouvelles optimistes de notre petite flaque. En effet, l’eau est à 23 °C pour une fin de juillet avec des fortes chaleurs. Et une malaÎgue ne s’annonce pas. L’eau est claire et les bactéries font leur travail de décomposition au fur et à mesure. Il n’y a pas de zones mortes. D’ailleurs les poissons n’ont jamais étaient aussi nombreux et variés : Loups, mulets, dorades, sars divers, sparaillons, gobies de toutes sortes, crénilabres cendrés et crénilabres paons, anguilles, labres mélops, rougets, syngnathes, hippocampes, pagre (oui on en a vu un ce matin, petit mais bien identifiable)….

Les limaces sont très diverses et variées, comme le confirme les photos des plongeurs passionnés. Sur le même hydraire on peut voir des adultes, des pontes et des juvéniles. On trouve une grande variété de bryozoaires, dont certains nouvellement observés. Les ascidies mortes ont été digérées par les bactéries et des jeunes sont bien présentes. La variété des éponges est phénoménale. Les crabes verts ont presque disparu mais les bernard l’ermite sont très nombreux et sont manifestement en rapprochement et reproduction. Je ne parle pas des crevettes mysis et pélagiques qui pullulent.

Bien sûr on trouve des holothuries lèche doigts mortes, mais il y en avait vraiment un très grand nombre. Les zostères marines sont en régression, mangées par les supes et couvertes de petites anémones, les zostères naines sont moins mangées mais couvertes d’anémones aussi. Cependant il n’ya pas eu de reproduction de ces plantes cette année ce qui est bon signe : elles ne sont pas stressées. Les algues sont magnifiques mais ne sont pas envahissantes.

Les grandes nacres, en grand nombre, ont été comptées sur cette zone, et elles grandissent bien. Peu sont mortes.

On continue à suivre l’état des lieux mais pour l’instant la vie est partout présente et fait des promesses pour l’avenir.

Texte : Annie Lafourcade
Photos (galerie ci-dessous) : Sylvie Lepère

Publié dans Une saison à Thau
Page 1 sur 4

Le Comité Régional Occitanie Pyrénées Méditerranée réuni l’ensemble des Clubs associatifs et Structures Commerciales Agréées sous sa bannière, pour la promotion des activités aquatiques et subaquatiques décrites dans ses statuts.

Liste des Médecins Fédéraux Décembre 2020

Liste des Médecins Fédéraux Décembr...

25 novembre 2018

En fichiers attachés, aux formats pdf et excel vous trouverez la liste des Médecins Fédéraux...

Journée d'étude pour les moniteurs 2ème degré

Journée d'étude pour les moniteurs ...

25 mars 2015

La CTIR-PM et le collège régional des Instructeurs ont proposé aux cadres deuxieme degré plongée du...

Accès à la résurgence de Font d'Estramar

Accès à la résurgence de Font d'Est...

29 septembre 2014

L’accès à la résurgence de Font d’Estramar pour la pratique de la plongée souterraine reste précaire....

Articles récents

COMBIO31 : Inscription Formation PB1

COMBIO31 : Inscription Formation PB...

3 décembre 2021

Tu es un plongeur avec un niveau d'autonomie technique et, une plus grande connaissance des espèces...

CHALLENGE CATHERINE FRANCK/OXYJEUNES GARD PLONGÉE 2021

CHALLENGE CATHERINE FRANCK/OXYJEUNE...

30 novembre 2021

COMMUNIQUE DE PRESSESamedi 11 décembre 2021 de 8h30 à 18h8h30 au Seaquarium10h-18h à la Piscine Aqua-Camargue...

2021, la famille des cadres PSP s'agrandit....

2021, la famille des cadres PSP s'a...

27 novembre 2021

Samedi 27 novembre, une formation Cadres PSP : Arbitre et juge fédéral Niveau 1, a été...